LES ASSURANCES


L’assurance chômage :


Cette assurance permet de s’assurer au cas vous perdriez votre emploi  (hormis par démission). Cette assurance est facultative et certaines conditions doivent être respectées pour pouvoir en bénéficier :

 - être en CDI dans la même entreprise depuis plus de 6 mois voir 1 an
 - un préavis de licenciement ne doit pas être annoncé
 - être inscrit aux Assedic.
 - être âgé de moins de 55 ans.

L’assurance vous couvrira pendant une durée de 20 à 72 mois et un délai de carence peut être administré après l’accord du contrat allant de 6 à 12 mois (la personne licenciée ne pourra demandée d’aide à l’assurance pendant cette durée ). De plus, un délai de franchise est aussi appliqué, généralement de 3 mois, date à laquelle vous commencerez à percevoir des allocations chômage suite à votre licenciement.
Certaines assurances vous reporteront la totalité de la mensualité vers la fin de votre crédit, d’autres prendront en charge la totalité ou une partie de votre mensualité.

Ces délais et remboursements peuvent différés selon les assurances, donc nous vous conseillons de bien vous renseignez avant la signature, sachant en plus que cette assurance est assez onéreuse.
Certaines banques vous imposeront cette assurance non obligatoire au risque de ne pas vous accorder le prêt si vous le refusez.

Cette situation se manifeste de plus en plus à cause de l’augmentation du chômage qui touche notre pays depuis quelques mois.


L’assurance décès - invalidité

Cette assurance est obligatoire. Elle est proposée par votre banquier, mais peut être souscrite dans un autre organisme. En cas de décès de l’emprunteur ou co-emprunteur, la banque prendra en charge le reste du capital dû. En cas d’invalidité, la banque prendra en charge la baisse de revenus de l’emprunteur ou du co-emprunteur.

Un questionnaire de santé est soumis à l’emprunteur pour connaître son état de santé (diabète, problème de cœur, tumeurs, dépression, opération déjà subies avec dates a laquelle cela a été fait…).  Il est obligatoire d’y répondre précisément, soit directement avec votre banquier, ou si vous souhaitez que cela reste confidentiel, envoyer le dossier au médecin conseil de l’assureur. En fonction des résultats, la banque choisit ou non de vous assurer. Ce questionnaire permet à la banque de se protéger s’il existe un risque.
Les personnes atteintes du VIH (sida non déclaré) se sont pas exclues, mais la cotisation sera plus élevée.

L’assurance est garantie à hauteur de 100 %, parfois plus. Pour les couples, elle peut être répartie sur les ‘ 2 têtes ‘, souvent en fonction du salaire de chacun. Si les 2 salaires sont équivalents, le 50/50 est adopté.
Exemple, si dans un couple Mr gagne 60% du ménage, la banque peut assurer Mr à 60 % et Mme à 40 %. Si Mr venait à décéder, il resterait à Mme 40% de la mensualité à payer. Par contre, ses charges ne diminueraient pas, seul son prêt serait diminué, et Mme pourrait connaître des problèmes financiers.  De ce fait, de plus en fréquemment, les 2 empruntent s’assurent le prêt à plus de 100 %, allant jusqu’à 200 % soit 100 % sur chacune de leur tête.
Dans le cas d’une invalidité totale ou partielle, le taux d’invalidité sera pris en compte pour le calcul de la prise en charge. Pour un taux d’invalidité supérieur à 66 %, la prise en charge sera intégrale. Le taux de prise en charge ne sera pas inférieur à 33 %.

L’assurance ne fonctionne pas dans certians cas : suicide (pendant la 1ere année du prêt), décès suite à un sport à haut risque (parapente, voltige, courses de voitures…), mutilation volontaire, guerre civile ou étrangère, attentat, acte de terrorisme…
Toutes ces exceptions sont spécifiées dans votre contrat.

Le taux effectif global dit TEG est obligatoirement spécifié dans votre offre de prêt. Ce taux varie de 0.20 % à 0.65 %.

Revenir en haut